« L’aveu de la princesse de Clèves entre héroïsme cornélien et faiblesse racinienne »