Fabrizio De André traduit "Mourir pour des idées" de Georges Brassens